La version 2 du prototype est maintenant assemblée et prête à remplacer la V1, sur le terrain. Des corrections ont été faites et j’ai ajouté trois nouveaux connecteurs: pour un pluviométrie, pour un compteur de goutte et pour un anémomètre!

Une importante mis à jour dans le code a été faite aujourd’hui. Une erreur s’était glissée et les mesures de l’humidité du sol n’étaient pas exactes.
Maintenant j’utilise l’équation du Shock qui va calculer la valeur de l’humidité du sol en Kpa avec la valeur résistive des deux électrodes du capteur Watermark.
Après les avoir comparée avec les données du constructeur et le Watermark Digital Reader, les valeurs calculées ont une différence que de 2kpa à 7kpa dans certain cas, ce qui est très bien.

Deuxième mise à jour: le code permettant de compter les gouttes du système goutte-à-goutte a aussi été révisé. Un compteur de goutte, ou plus exactement, un pluviomètre, a une espèce de balançoire avec deux godets de 0.2794 mm. A l’aide d’une seringue millimétrée, j’ai calculé le volume de ces godets en millilitre (ml). Chaque godet bascule lorsque 2.608ml ont été versé dans ce dernier. Dès lors, je compte la quantité d’eau versée par le système goutte-à-goutte en l’espace d’une heure en millilitre par heure (ml/h) en non plus en millimètre par heure (mm/h). Sachant 1 litre d’eau est égal à 1mm/h sur 1 m2.

Laisser un commentaire

*